Carnet de route

Cascade de glade au Mont Dore

Sortie :  Weekend cascade de glace du 14/02/2015

Le 24/02/2015 par Martine + Juliette + Elphie + Danielle

Un week-end au Mont Dore pour s’initier à la cascade de glace… Et pourquoi pas ? Bon certains disent que c’est un truc de gros bras, d’autres que c’est accessible à tous. Où est la vérité ?

 

La meilleure façon de se faire une idée, c’est d’y aller. Et c’est parti. Rendez-vous donc le vendredi à 17 h au parking de la Source pour le grand départ. Et nous voilà 4 filles et 5 garçons à prendre la route pour le Mont Dore. A première vue personne ne semble atteint d’hypertrophie des membres supérieurs. C’est plutôt bon signe.

 

Arrivés au gite, malgré l’heure tardive personne n’a très envie de se coucher.  Alors on se partage le matériel, on prépare les sacs, on discute, on pose les ultimes questions à ceux qui ont déjà pratiqués, on règle les crampons… Après plusieurs heures de route sous la pluie et sous la neige, l’ambiance est clairement à la légèreté. Les vannes fusent puis on fini par s’endormir.

 

7 h pas question de roupiller. Hauts les cœurs, il faut y aller ! Mais avant, tout le monde fait honneur au petit déjeuner : des gaufres toutes chaudes. Bonheur absolu.

Côté météo ce n’est pas la même.   Le vent s’acharne sur le gite, la neige tourbillonne, le thermomètre est au plus bas… Autant dire que ce n’est pas gagné.

 

Même pas peur nous voilà tous partis pour défier les éléments et voir à quoi ressemble l’ascension d’une cascade de glace. Nous ne sommes pas venus ici pour regarder les flocons tomber. Après une petite marche, dans la poudreuse, la tête rentrée dans nos blousons pour donner le moins de prise possible au vent, nous voilà à la fameuse grotte de l’ours.

 

L’espace pour se protéger du vent est plus que réduit. Tant pis on fera avec. Les experts montent en tête et posent les cordes. La visibilité est nulle. Les bourrasques de vent projettent de la neige verglacée sur les grimpeurs. Mais tout le monde se lance. Une fois, deux fois, trois fois… Les filles comme les garçons, les débutants comme les expérimentés. Et malgré les conditions, la bonne humeur reste au beau fixe. Chacun commente, donne ses impressions, tente de rectifier ses erreurs et après avoir englouti un thé chaud, repart grimper une autre voie.

 

Au fil des heures les visages deviennent de plus en plus rouges, les doigts sont gelés, le froid nous gagne les uns après les autres. Impossible de manger dans ces conditions : il faut trouver un abri.

 

Après concertation le retour au gite est voté à l’unanimité. Nous sommes transis de froid, trempés, affamés mais le moral n’est pas entamé bien au contraire.

 

L’après-midi s’écoule en douceur. Certains se reposent, d’autres vont se balader, d’autres encore tentent une sortie en ski de randonnée et en raquettes. Après un diner gargantuesque, tout le monde au lit. Demain est un autre jour et quoi qu’il arrive on y retourne. Mais cette fois en forêt, à l’abri du vent.

 

Après une nuit de tempête, on s’éveille et surprise : le vent est tombé, il ne neige plus !

 

Après une bonne et belle marche dans la forêt, totalement recouverte de poudreuse, les

arbres se font plus rares et on entrevoit une falaise recouverte de glace.

 

Les crampons sont éjectés des sacs, les piolets aussi et en moins de temps qu’il n’en faut pour se faire un café, la falaise est bardée de cordes. Et c’est parti pour une journée de grimpe. A chacun sa technique. Certains cognent fort sans grand résultat, d’autres semblent à peine effleurer la glace et filent sur la glace tels des araignées, d’autres patinent avec les crampons avant de trouver le bon angle d’attaque. Au bout de quelques montées, les bras s’engourdissent un peu. Hop une petite collation et ça repart.  On s’encourage, on se moque un peu aussi, on s’amuse et les heures passent à la vitesse de la lumière.

 

Le soleil nous fait même la grâce d’une apparition. Elle est pas belle la vie ?

 

Mais le jour commence à baisser et il va falloir rentrer. On descend les cordes, on range le matériel, on charge les sacs… Direction les voitures en contrebas. Dommage, on serait bien restés plus longtemps mais le week-end touche à sa fin.

 

Mais c’est sûr, on recommencera ici ou ailleurs. En 2 jours nous avons eu la chance de grimper dans des conditions très différentes, d’avoir ainsi une excellente initiation et d’éprouver de nombreuses sensations différentes.

 

Forcément ça donne envie d’y retourner pour affûter les gestes, prendre de l’assurance et revivre des super moments de partage et de franche rigolade.

 

Et alors, après ces 2 jours quelles sont les conclusions?   Faut-il des gros bras pour faire de la cascade de glace ? Et bien en regardant le gabarit des 4 filles du groupe, il semblerait que ce ne soit pas déterminant. L’audace, l’analyse du terrain, la détermination et l’envie sont sans aucun doute des facteurs beaucoup plus importants.

 

 

Encore merci aux encadrants et aux grimpeurs expérimentés qui ont pris le temps de nous conseiller, de nous encourager, de nous montrer les bons gestes, de répondre à nos questions de novices sans jamais perdre leur bonne humeur et leur sens de l’humour.  Vous avez été extras !

 

 

Vous pouvez voir plus de photos sur notre page Facebook (pas besoin de compte pour les consulter)

 

 







CLUB ALPIN FRANCAIS ORLEANS
COMPLEXE CHARDON
15 RUE DES DAHLIAS
45100  ORLEANS
Agenda