Carnet de route

Tentez l'escalade en site naturel !

Le 22/09/2017 par Gaelle

On le sait, à Orléans il n’y a pas de falaise, et c’est bien dommage. D’où les nombreuses sorties SNE (site naturel d’escalade) organisées par le CAFO, qui sont toujours l’assurance d’un week end réussi.

Retour par exemple sur le séjour à Vieux Château organisé en avril par Yann notre président : un peu plus de deux heures de route (une rigolade pour les Orléanais habitués à aller jusqu’au Alpes pour toucher des montagnes) ; et une région riche en gastronomie et en vin (ah, le fameux Epoisses qui pollue les voitures au retour…).

Alors ce week end du 23 avril voilà 16 grimpeurs partis à l’aventure. Week end un peu « à la carte » : départ dès le vendredi après midi pour les plus pressés d’aller tâter du rocher le soir même, le samedi matin pour les autres ; covoiturage, aventure en camping-car familial avec les enfants, chacun son choix. Personne n’est venu en vélo mais rien n’est impossible.

Nous sommes donc à Vieux Château. Pour ceux qui ne connaissent pas encore (si c’est le cas il va falloir y remédier rapidement), c’est une belle falaise de granite nichée sous les arbres au bord d’une petite rivière. Ambiance bucolique à souhait, plusieurs secteurs de hauteur et orientation différentes donc toujours le choix entre le soleil et l’ombre, et assez calme malgré la fréquentation car le site est vaste.

Deux jours d’escalade intensive, chacun à son niveau et avec ses objectifs : découverte de l’escalade en rocher pour certains, tellement déroutante pour ceux qui n’ont connu que la résine de la SAE, premières voies en tête (et oui il faut porter les dégaines, elles ne sont pas préinstallées !), ces voies qui paraissent tellement longues puisqu’elles vont jusqu’à 30-35m, on est loin des 8m de Gaston Couté.

On discute autour des topos, on choisit sa voie, on explore de nouveau secteurs, parfois on enlève la mousse encore présente sur les voies moins fréquentées, en se disant qu’amener une brosse n’aurait pas été inutile. On se retrouve le temps d’une pause boisson ou repas avant de repartir à l’assaut de ces voies aux noms imagés, et souvent bien trouvés : « un beau jour pour mourir », « sous les grattons la plage », « les orgues », « la grande traversée »…

Certains crient victoire en haut d’un 4b, Julien photographie la faune locale, d’autres affinent leur technique pour atteindre le 6b demandé pour être initiateur SNE, mais point commun à tous :  profiter sereinement de ces moments loin du quotidien…

Mais une fois la journée d’escalade terminée, ce n’est en fait pas fini, car le CAF c’est aussi des soirées animées…

Pour l’installation au camping, là aussi on a tout vu : le camping-car (ou plutôt camionnette aménagée, un peu plus « passe-partout »), les amateurs de confort qui partagent un bungalow, les amoureux dans une hutte pour deux, et les autres sous tente : tente familiale, canadienne, igloo, mini tente de randonnée pour une personne, un bel assortiment de formes et de couleurs…

Peu importe, après la douche tant méritée tout le monde se retrouve autour de l’incontournable apéritif. On plaisante, on partage les sensations sur cette première journée, on fait déjà des projets pour le lendemain ou pour les prochains mois. Certains rêvent déjà de leur duvet, d’autres trépignent en attendant le repas car les estomacs crient famine, et patientent à coup de saucisson et fromage.

Pour le repas, cette fois c’était restaurant pour tous mais les habitudes varient, on peut aussi voir la pasta party qui reste un indémodable. Mais point commun à toutes ces sorties : l’horaire d’extinction des feux dépasse rarement 23 heures…

Dimanche matin, petit déjeuner chacun à son rythme, avec pain frais et viennoiseries livrés au camping, un vrai bonheur !

On plie le campement, et c’est reparti pour la deuxième journée d’escalade, chacun reprend où il s’était arrêté la veille, un peu plus en forme ou un peu plus rouillé si les courbatures apparaissent déjà.

Mais l’heure tourne trop vite et en ce jour d’élection présidentielle nous devons rentrer tôt, alors c’est un peu tristes que nous remballons le matériel à 16 h, car on a toujours envie de faire une dernière voie …

 

Alors voilà, amis grimpeurs de SAE, la résine c’est joli, elle est toujours la même quelle que soit la météo, les salles sont ouvertes même en hiver ou en pleine tempête et on ne va surtout pas s’en plaindre.

Mais le vrai rocher c’est quand même autre chose, celui qui est froid le matin et si agréablement chaud au soleil l’après-midi, celui qui glisse quand il est mouillé et adhère si bien une fois sec, celui qui coupe parfois les mains mais dont les fissures et écailles font des prises tellement magiques. Il faut chercher son itinéraire, car le cheminement n’est pas indiqué par des prises de couleurs, mais du coup c’est liberté totale et pas de triche possible en prenant les prises d’une autre voie !

Sans parler du cadre autour : évidemment quand on dit club alpin on pense montagne, mais il existe aussi quelques petits coins de paradis pas si éloignés d’Orléans dont on peut aussi profiter.

Alors lancez-vous, les prochaines sorties arrivent bientôt !







CLUB ALPIN FRANCAIS ORLEANS
COMPLEXE CHARDON
15 RUE DES DAHLIAS
45100  ORLEANS
Agenda