Carnet de route

Le Verdon, cette fois, on y va !

Le 14/02/2018 par Laurent

Sortie Verdon-Toussaint 2017

 

Le plus compliqué n’est pas de grimper, de trouver le départ d’une voie ou de décoincer le rappel. Le plus compliqué c’est de trouver un titre au texte, j’étais parti pour l’intituler « Jo le Snacky » ou encore «le topo du toit» tant cette voie aura marqué nos esprits! Mais du fait que le Verdon nouveau est arrivé, ce sera…

 

Le Verdon, cette fois on y va !

Explications…

 

Le Verdon s’invite très rarement au menu des sorties du club, c’était donc l’occasion cette année de le faire. Néanmoins inscrite au programme depuis mars 2017, cette proposition d’aller grimper sur de sublimes falaises emblématiques et majeures n’a malheureusement guère séduit les cafistes orléanais. Nous serons cinq à faire la sortie.

Sans doute la réputation du site alimentée d’engagement et de difficultés techniques renvoie les grimpeurs peu ou pas expérimentés aux grandes voies à un principe de réalité et de précautions étouffant l’enthousiasme, anéantissant le rêve. Dommage, la sortie aurait certainement fait le bonheur de ceux qui désireraient s’initier aux grandes voies et plus surprenant, aussi à ceux qui ne grimpent qu’occasionnellement. Etant donné qu’il se dit que les absents ont toujours torts….Comme si c’était plus sécurisant et rassurant de débuter l’alpinisme au Mont Dore plutôt qu’à Chamonix - Bon ok, c’est moqueur et si je continue je vais finir par énerver, je provoque mais c’est un peu l’objet du propos. Le sous-entendu, c’est d’attirer l’attention… par le propos. Il s’agit ici d’écrire un propos qui motiverait ceux qui rêvent un jour de frotter leurs chaussons sur des parois fantastiques et mythiques, un propos pour réussir à les convaincre qu’aller grimper dans un tel lieu ne relève plus aujourd’hui de l’ordre du château en Espagne.

En effet, je peux rapporter qu’il n’y a pas que des itinéraires difficiles et engagés dans les gorges du Verdon, qu’il est possible de faire l’apprentissage de l’autonomie tout en découvrant le plaisir de gravir en toute sécurité des grandes voies. D’ailleurs il vous faudra certainement plus de 6 ou 7 jours pour découvrir toutes les lignes abordables et équipées « serrées » pour les grimpeurs de niveau moyen. Pour preuve, deux d’entre nous y étaient déjà allés sur une semaine, ils n’ont répété qu’un seul itinéraire durant notre séjour.

Révolue l’époque où grimper dans les gorges du Verdon était destinée qu’à une certaine élite. Le village de La Palud-sur-Verdon à bien compris l’enjeu économique d’une démocratisation de l’escalade, ce qui permet aujourd’hui à des professionnels de s’installer et de travailler à la Palud. On continue d’ouvrir dans le Verdon de belles grandes voies modernes et particulièrement intéressantes pour tout le monde (Par exemple l’arête de la patte de chèvre 5b, 7 longueurs). Désormais des falaises écoles comme le Bastidon, le col d’Ayen, le Galetas sont remarquables par leur équipement et abordables pour tous les niveaux. Elles ont peu de choses à envier à celles autour de Toulon, Orpierre, Buis, Alpilles etc...

Alors au vu de ces nouvelles pratiques, la prochaine fois n’hésitez plus, venez !

Je disais que nous étions cinq, c’est un vrai miracle ! Deux semaines avant le départ nous étions… zéro ! Merci à Nadine et Fred, leur inscription de dernière heure a permis de réaliser la sortie. Il faut dire qu’on ne manquait pas d’offre lors des vacances de la Toussaint puisse qu’une semaine (la suivante) était également organisée du coté de Buis les Baronnies…

Enfin le jour J !

Vendredi 20 octobre 6 heures du mat RDV au péage d’Olivet : 5 participants (4 précisément, Nadine du caf Tours nous a rejoint le dimanche), une bagnole avec un peu de matos et c’est parti. En fin de compte ne faut pas grand-chose pour faire une sortie. 10 à 11 heures de route pour arriver au gîte de l’Escalès à La Palud; Lieu d’hébergement agréable et très bien tenu. En outre le propriétaire est l’auteur de topos modernes du Verdon, nous avions le privilège d’avoir les meilleures infos et conseils sur les voies en fonction de nos envies, de la météo plus précisément du mistral puisse que nous avons eu que du soleil! Aussi sur l’équipement, les accès etc… il nous a également prêté l’épais topo 2017, toutes ces ressources ont contribué à optimiser la qualité de la sortie.

Le premier jour nous irons s’accommoder des lieux dans une voie facile de 7 longueurs. Pour se mettre en jambe, 45 minutes de marche ce qui, dans le Verdon est une longue approche.

Généralement quelques « secondes » suffisent (c’est vrai !) pour la plupart des secteurs : On se gare, on s’équipe, on balance un rappel quelques mètres plus loin, et hop on est déjà en bas au pied des voies ! Revenons à nos moutons ou plutôt à nos pattes de chèvres puisse que nous grimpons sur l’aérienne arête homonyme. 3h plus tard nous attaquerons une descente un peu casse gueule, on s’est sans doute légèrement gouré dans la sente… On n’a pas résisté au plaisir de finir la journée sur une couenne un peu plus loin pour se confronter à des cotations un poil plus exigeantes.

Retour au parking pour vite se remettre en route, bière oblige.

Les journées suivantes ont été de la même veine toujours bien remplies, pas seulement de bières, autant en bouffonnerie, que de météo lumineuse dans un décor aux couleurs automnales souvent féeriques, et bien sûr des grandes voies, jamais trop dures et toujours parfaitement équipées telles :

THT, une 1ère longueur avec 25 mètres de cannelures inoubliables !

Adieu Zidane, ou quand les grands esprits inspirent des ouvreurs … Zidane disais-je, ambiance du grand vide garantie, avec comme mise en bouche les rappels en fil d’araignée pour atteindre le départ, grandiose ! Voie agrémentée d’une vue sans pareil sur le lac Ste Croix et d’une remarquable longueur clé tout en traversée plein gaz !

Laispité positive, sur un rocher exceptionnel et contrairement aux idées reçues les voies moyennes du Verdon ne sont pas toutes patinées. Une voie géniale, particulièrement intéressante pour la lecture des passages. Escalade variée, homogène et continue dans un niveau 6A.

Changement d’ambiance à l’Escales LA falaise du Verdon. 5 kilomètres de long, 350 m de hauteur, falaise de renommée mondiale, une Cathédrale d’histoire de l’escalade. Le Verdon dans ses grandes dimensions ! Dalle grise, abritée en ce jour de mistral, ce qui n’a pas empêché de coincer le rappel, galère, galère… Une voie historique, l’équipement reste excellent mais déjà un petit sentiment d’engagement… Ah oui, j’allais oublier l’essentiel à propos du vent, un super conseil de Fred qui a testé pour nous: ne jamais faire pipi face au mistral !

Pour conclure cette belle semaine nous avons choisi une voie plus longue dans le secteur de la Maline, pas très loin du chalet du CAF, la voie des dalles 250 mètres, 10 longueurs avec un accès cette fois plutôt exposé : un à pic vertigineux à descendre, ou/et à désescalader avec interdiction de tomber ou la prudence et la concentration sont la règle d’or. Vu de la voiture le vide est déjà saisissant dans ce secteur, je vous laisse imaginer l’appréhension lorsqu’on descend dans le ravin ! Oui le Verdon ça peut être aussi de la montagne. Voie ou l’escalade est plutôt à l’ancienne mais réservant quelques passages assez extraordinaires comme dans L6 une superbe écaille d’une dizaine de mètres demandant à être passée en Dulfer, un régal, et des relais-hôtels 3*** à chaque longueur, rare !

Voilà, la sortie se termine on referme le topo (et si vous le cherchez, on vous indiquera ou il est rangé). Je ne pourrai pas vous quitter sans vous avoir parlé de gastronomie. La Palud c’est connu pour l’escalade mais également pour ses grandes tables. Ça vous surprend ?

Allez faire un tour chez Jo le Snacky sur la place du village, c’est top !

Je vais arrêter là, j’ai déjà été trop long. J’espère que ce compte-rendu vous a un brin intéressé, il n’a que la modeste intention de partager et rendre envisageable dans l’esprit du grimpeur CAFO ce genre de sortie. Maintenant le message est passé, vous ne doutez plus que le Verdon est également taillé pour vous, alors pourquoi pas rebelote l’an prochain.

Aller, cette fois vous viendrez ?

The End

Bonus :

- Alors, c’était bien le Verdon ?

- Non pas tout ! C’était…Très bien !

Encore un Grand Merci à Danielle, Nadine, Fred et Roland.







CLUB ALPIN FRANCAIS ORLEANS
COMPLEXE CHARDON
15 RUE DES DAHLIAS
BP 58132
45081  ORLEANS CEDEX 2